Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog de la posturologie et de la posture. Différents articles sont proposés sur les semelles orthopédiques (kinépod, posturales, proprioceptives), les gouttières dentaires dont les activateurs buccaux (rééducation, bruxisme, ronflement, sport) et les planches oculaires actives (rééducation fatigue des yeux) .

Lombalgies : diaphragme et trouble postural !

Lombalgies : diaphragme et trouble postural !
 

Les problèmes liés à l'analyse et au traitement des maux de dos  en général et des lombalgies en particulier sont d'un intérêt extrême pour l’orthokinésiste-posturologue, car le mode de vie moderne apporte une sorte de déséquilibres posturaux qui créent des problèmes douloureux liés à la posture dans la patientèle  .

Les études publiées sur le sujet s'accordent à dire que le problème est endémique, il affecte en pratique, au moins une fois dans la vie, la quasi-totalité de la population.

 

Définitions

Par  lombalgie,  on entend l'image douloureuse qui affecte une zone délimitée en haut par l'horizontale qui passe par D12, et en bas par le pli des fesses; on parle de lombosciatalgie  si la douleur  touche également le membre inférieur .

Pour le mal de dos,  nous entendons le tableau douloureux qui affecte toute la zone des vertèbres dorsales, donc de D12 à D1. La douleur est ressentie en tournant ou en fléchissant le tractus thoracique. Il peut s’agir de blocage du dos dont les causes sont multiples. Il est donc rare qu'il provienne d'une seule structure. Cela confirme le fait que l'individu doit être analysé de manière globale, car les problèmes du  corps humain ne  peuvent pas être catégorisés par secteurs compartimentés, comme le fait malheureusement la médecine officielle.

Par douleur au cou, nous entendons les problèmes liés à  la colonne cervicale. Il peut s'agir de simples limitations de mouvement de rotation et d'inclinaison, ou d'images douloureuses résultant d’hernies cervicales  ou d'arthroses.

Étant donné le pourcentage élevé de personnes atteintes de maux de dos, les coûts sociaux que le problème entraîne sont énormes.
Les études publiées dans la littérature sont nombreuses et explorent le problème sous toutes ses facettes : du point de vue de l'emploi, du sport, de la chirurgie, de la rééducation, etc. En ce qui concerne le mal de dos, de nombreux aspects doivent être pris en compte, à la fois anatomo-fonctionnels et subjectifs, à tel point qu'il est très difficile de codifier le problème en quelques catégories diagnostiques.

Causes possibles

Si l'étiopathogenèse du problème est très vaste, il existe également de nombreuses méthodes d'intervention, qui peuvent inclure le traitement pharmacologique, l'approche manuelle, l'utilisation d'appareils électro-médicaux, l'utilisation d'exercices pour tonifier les muscles faibles.

Le choix du traitement répond à de nombreuses variables, qui peuvent être liées au type de pathologie, au type d'équipement disponible, à l'état d'inflammation du tractus affecté, etc.

 

Comment fonctionne le corps humain ?

Le corps humain est une structure articulée qui s'adapte passivement, activement et de manière autonome à diverses conditions. La structure mécanique est composée d'éléments d' étanchéité rigides (os), élastiques-dynamiques (ligaments et fascias) et dynamiques (muscles); tous corrélés pour former un système biodynamique complexe.

Les structures du corps humain obéissent aux lois de la physique, telles que celles de l'équilibre statique et dynamique, des leviers et des fluides. La structure de la  carrosserie étant adaptable, nous disposerons de systèmes de contrôle garantissant que cette adaptabilité ne dépasse pas certaines limites, au-delà desquelles il n'est plus possible de compenser.

Les principaux éléments de contrôle de la posture sont : les yeux, la bouche, les pieds, le vestibule, la peau et les muscles. 

Il est bien connu que les pieds interagissent sur le bassin et les vertèbres lombaires par action fasciales, proprioceptives et articulaires. En tant que fondations, ils assurent l’équilibre de corps entier. Le moindre dérèglement peut tout perturber au niveau postural. En dynamique, ils interviennent aussi pour amortir les chocs et faciliter la propulsion.  

L’action des yeux et des mâchoires interviennent dans l’équilibre du port de tête et par ce fait du haut du corps.

On parle moins souvent du muscle diaphragme comme élément favorisant des lombalgies. Le  diaphragme joue un rôle clé dans les maux de dos, c'est un muscle inégal et asymétrique qui sépare la poitrine de l'abdomen.

C'est le principal muscle lié à la respiration. Sa forme ressemble à celle d'un dôme et est formée d'une partie tendineuse centrale, communément appelée « centre phrénique », et d'une partie musculaire vertébrale (costale et sternale). Le premier est constitué de deux faisceaux volumineux de fibres : respectivement le pilier droit qui s'adapte sur les disques intervertébraux L1-L2 et L2-L3 et parfois L4, et le pilier gauche qui s'adapte sur les disques L1-L2 et L2-L3. La partie costale prend naissance sur la face interne des six dernières  côtes  et sur les arcades aponévrotiques qui rejoignent les sommets des 10e, 11e et 12e côtes et qui sont insérées sur le nerf phrénique. La partie sternale est constituée de deux faisceaux musculaires dérivant de la face postérieure du processus typhoïde, qui se terminent toujours au centre phrénique.

Lorsqu'une inspiration est déclenchée, le diaphragme se contracte et son dôme s'abaisse jusqu'à trouver la résistance des viscères et du  tendon  suspenseur du diaphragme. Cela déclenche une  dépression à l'intérieur du coffre et donc l'entrée d'air dans celui-ci. Inversement, lorsque le diaphragme se détend et monte vers le haut, le mécanisme expiratoire se déclenche.

La  rétraction de ce muscle peut être déclenchée pour des raisons de stress, de  traumatisme  psycho-physique, d'asthme, etc. Elle le force à une expiration toujours ralentie et à un acte d'inhalation forcée et prolongée.

La rétraction de ce muscle peut déclencher de nombreuses pathologies. Une fois contracté, en effet, le muscle exerce une force de contraction entre l'origine et l'insertion provoquant une compression des vertèbres  lombaires  pouvant conduire à des lombalgies, des discopathies et  des protrusions discales . Il peut également être le précurseur de problèmes d'estomac comme une hernie hiatale, où l'estomac s'échappe vers le haut pour échapper à la dépression que lui inflige le diaphragme, donnant lieu à un ressac d'estomac. Enfin, le contact étroit entre le psoas et le diaphragme peut conduire à un processus contractile du psoas lui-même qui est un hyperlordosant de la  colonne vertébrale.

 La connexion de la membrane-psoas : 1) membrane 2) membrane tendon 3) d'ouverture aortique 4) d'arcade psoas 5) veine cave ouverture 6) de l'ouverture de l'œsophage

De plus, il ne faut pas oublier que ne pas utiliser correctement le diaphragme déclenche une surutilisation de la musculature accessoire au repos constituée de : sternocléidomastoïdienpetit pectoral, sous-clavier,  trapèze,  élévateur de l'omoplate,  grand denté,  grand dorsal  et érecteurs du rachis . Ces muscles hyperactivés vont à leur tour subir une rétraction, donc une décompensation, provoquant d'éventuelles douleurs cervicales, des problèmes de  coiffe des rotateurs, une limitation des mouvements, etc.

Lorsque le diaphragme reste tendu et se crispe (précordialgie par exemple), il a tendance à rester dans sa position basse et à comprimer continuellement les organes de l’abdomen jusqu’au bassin. Il génère alors de multiples tensions dans l’organisme et des désagréments souvent sans gravité.

Cela peut se traduire par :

- une sensation de crispation au niveau du plexus solaire, situé en dessous du sternum (noeud) éventuellement douloureux qui peut s’étendre jusqu’à la colonne vertébrale. Cette sensation d’oppression est angoissante.

- une impression de ventre gonflé due à la pression continue dans l’abdomen

- l’apparition d’un dos vouté (le ventre gonflé fait plier le dos) ou la modification de la posture. Les attaches du diaphragme notamment sur la colonne vertébrale sont communes à d’autres muscles comme le psoas ou l’iliaque. Une tension du diaphragme a une répercussion globale sur le corps et sur la posture avec une respiration plus réduite car le mouvement du diaphragme est plus limité. L’expiration du CO2 est également incomplète.

- une digestion plus difficile car le diaphragme abaissé exerce une pression continue sur le foie, l’estomac et bien d’autres organes comme le pancréas, les intestins. L’estomac peut être douloureux (boule au ventre), le transit intestinal déréglé (constipation, transit accéléré, douleurs...).

- l’oppression du coeur avec les perturbations qui peuvent en découler (palpitations, sensation de malaise cardiaque, sensation augmentée des battements du coeur, accélération du rythme…) et, bien entendu, le stress que ces malaises engendrent.

- un mauvais retour veineux notamment au niveau des jambes. Le mouvement de va-et-vient du diaphragme ainsi que la pression exercée sur l’abdomen favorisent la circulation du sang (expulsion vers le cœur et aspiration par le foie). Le mouvement de compression et de décompression du foie assiste celui-ci dans son fonctionnement qui est notamment d’épurer le sang.

- une hernie hiatale (déplacement de l’estomac par pression continue du diaphragme) avec de possibles remontées acides dans l’oesophage.

- un dérèglement du système neurovégétatif (système de régulation de la digestion, de la respiration, de la circulation artérielle, sécrétion des hormones…)

- des soucis au niveau du périnée (muscles) avec notamment ce que l’on appelle un périnée faible et ses conséquences (incontinence, difficulté à vider sa vessie, descente des organes, constipation, dysfonctionnement sexuel, douleurs pelviennes ou vaginales…).

 

Corrélation entre la psychologique et la posture

Psychologie et posture sont donc liées : le fil qui unit ces deux éléments est souvent le diaphragme, mais il s'agit d'un sujet de posture complexe, parfois chaotique, à la fois du point de vue diagnostique (nous avons souvent tendance à oublier ou à ne pas parler des événements qui ont provoqué un stress ou un traumatisme organisme, donc  ces événements ne sortiront guère lors de l'anamnèse) que sous l'aspect rééducatif-thérapeutique. Il est également vrai que le sujet est si important et intégré dans le système qu'il ne peut être ignoré et dans certains cas, il est difficile, voire impossible, d'identifier dans quelle mesure l'action posturale conditionne une composante psychologique et vice versa.

 

Quelques exemples d’utilisation du diaphragme :

Mis à part son rôle principal, celui de la respiration, le diaphragme est fort utile pour le chant, le sport, la détente, la digestion…

- Les chanteurs utilisent le diaphragme pour protéger les cordes vocales et gagner en puissance.

Pour cela, ils font des exercices pour muscler le diaphragme en plus de leur routine d’échauffement de la voix.

Avant tout, il faut savoir le sentir, action difficile au début car c’est un muscle invisible.

La meilleure façon pour chanter avec son ventre est d’imaginer que vos muscles du diaphragme sont comme une plateforme ou un plateau. Ils doivent être solides et stables et servir de base à votre voix pour qu’elle puisse être projetée à travers votre colonne d’air.

Si vous avez des difficultés à sentir votre diaphragme, allongez-vous sur le dos par terre et placez un poids moyen comme un gros livre sur votre ventre. Soulevez ce poids en utilisant uniquement les muscles dans votre ventre. Simultanément, inspirez de l’air pour remplir vos poumons au maximum. Maintenant, chantez. Les muscles que vous utilisez constituent votre diaphragme.

- Les sportifs doivent entraîner et maîtriser leur diaphragme et leur souffle.

Le fait d’effectuer une respiration abdominale à l’effort est dit économique car elle utilise moins de muscles que la respiration thoracique.

Les poumons vont suivre l’abaissement du diaphragme en direction de l’abdomen ; cela aura une conséquence bénéfique sur l’apport en oxygène.

Certains sports nécessitent une grande maîtrise de la respiration, au travers du diaphragme : l’apnée, le biathlon, le tir à l’arc, etc.

Comment intervenir

Pour conclure, analysons la stratégie à utiliser face à un patient qui se plaint de douleurs à  la colonne vertébrale. Tout d'abord, le mal de dos sporadique ne doit pas être sous-estimé, car il nous informe que nous avons une sonnette d'alarme en place. Nous sommes probablement confrontés à une altération posturale qui, se poursuivant dans son cours, pourrait provoquer des protrusions discales, de l'arthrose, des limitations fonctionnelles, des  déchirures, des  contractures, etc.

Il est essentiel de s’intéresser aux petits détails tels que : dents légèrement cassées , arcades dentaires asymétriques, mâchoire serrée,  obturations dentaires  évidentes et avec amalgame nocif, désordres musculaires dynamiques, lunettes qui ne sont pas parfaitement symétriques, déficit oculomoteur, tête  inclinée  ou tournée de manière anormale ou asymétrique, épaules à différentes hauteurs ou en rotation interne, les triangles coupés asymétriques, déformation en valgus  ou  varus  du  genou , consommation de  chaussures anormale, pieds plats, semelles orthopédiques passives, etc.

 

Une analyse complète de la posture statique et dynamique via un bilan postural OPS :

Pour détecter et connaître les déséquilibres corporels, il est nécessaire de réaliser un bilan postural OPS "Orthopédie-Posture-Sport". Cet examen est effectué avec le logiciel d’imagerie biomécanique "Clinique OPS" qui analyse la posture et la dynamique corporelle. Il se compose des examens de la posture, du dos, des mâchoires, des yeux, des pieds, de la marche, de la course et de mouvements ciblés.

Le protocole de rééducation posturale sera réalisé en tenant compte des évaluations du bilan postural OPS. La rééducation posturale en orthokinésie s’effectue dans un rééquilibrage général tant statique que dynamique. Il peut se composer de thérapies manuelles statiques et/ou dynamiques (l’orthokinésiste va utiliser des techniques spécifiques pour équilibrer le caisson thoracique et le caisson abdominal afin de faciliter les échanges et favoriser l’amplitude respiratoire. Il va également vérifier les vertèbres en rapport avec le diaphragme, toujours pour un meilleur fonctionnement, une  meilleure mobilité du diaphragme), de traitements orthopédiques actifs : activateurs plantaires (semelles orthopédiques actives et posturales), activateurs dentaires (gouttières dentaires actives et posturales), activateurs oculaires (planches oculaires actives orthoptiques et posturales), activateurs posturaux (rééducation avec sangles posturales).

 

 

-----------------------------

Découvrez les traitements orthopédiques posturaux actifs : semelles orthopédiques activessemelles orthopédiques sportsemelles posturales et proprioceptives, semelles fonctionnellesgouttières dentaires activesactivateurs dentaires pluri-fonctionnelstétines buccales activesplanches rééducatrices des yeuxactivateurs posturaux.
Pour trouver les causes des douleurs, découvrez 
l’examen de la posture OPSun bilan postural complet qui comprend un bilan podologique, une analyse de la posture, un examen du dos …


Découvrez l’avis de patients qui ont eu les traitements actifs sur le blog apod, et sur le site kinépod.
Tous les traitements posturaux standard sont accessibles sur le site 
posturoshop.
La formation en orthokinésie (posturologie dynamique) est accessible aux professionnels de la santé : physiothérapeutes, kinésithérapeutes, ostéopathes, médecins, coachs sportifs…Témoignages et avis sur Wanarun, blog 1234567891011121314

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos

Bienvenue sur le blog de la posturologie et posture. Différents articles sur les semlles orthopédiques, la gouttière dentaire et la planche oculaire active
Voir le profil de Posturologie,posture sur le portail Overblog

Commenter cet article

Jurissia javon 19/05/2021 20:53

Eh bien mzrci pour cet article. Je comprends mieux la raison mon orthokinésiste m'a proposé de travailler sur mon diaphragme. Je vais refaire les exercices qu'il m'a conseillé. Je dois dire qu'avec les semelles orhhopediques kinepod je n'ai plus mal au dos. Mais s'il a vu un souci, autant prévenir. Top explications